Médecin traitant ¦ généraliste ¦ de famille ¦ de médecine générale = la pénurie annoncée et programmée en Suisse

En Suisse, la pénurie de médecins de famille s’accélère 

   La pénurie de médecins de famille va encore empirer ces prochaines années. Il manquera 2000 de ces généralistes dans quatre ans et plus du double en 2025, dénonce jeudi l’association Médecins de famille et de l’enfance.

“Dans les dix prochaines années, plus de 60% des médecins de famille exerçant aujourd’hui cesseront leur activité”, a mis en garde l’association dans un communiqué, se basant sur une étude universitaire de médecine de premiers recours des deux Bâles. Environ la moitié des médecins de famille veulent ou doivent poursuivre leur activité jusqu’à l’âge de 70 ans en moyenne. Résultat, les généralistes “forment un collectif trop âgé dont la relève n’est pas assurée”, relève encore Médecins de famille et de l’enfance. “La plupart des gens arrive encore à trouver des rendez-vous, mais si l’on fait une projection sur la moyenne d’âge des médecins actuellement en exercice c’est effectivement un problème. Une bonne partie de nos collègues travaillent encore après 65 ans, ce qui permet d’éponger ce déficit de consultations”, a réagit François Héritier, vice-président de Médecins de famille Suisse, sur les ondes de la RTS.

Sous la couverture recommandée

Il manque déjà plus de 2000 médecins de famille à plein temps pour atteindre la couverture médicale recommandée d’un médecin de famille pour 1000 habitants. Pour combler cette lacune, plus de 4000 nouveaux médecins de famille à plein temps seront nécessaires d’ici dix ans. A long terme, la Suisse doit former nettement plus de médecins, selon le président de l’association (voir ci-dessous).

TEXTE INTÉGRALE DU SITE: https://www.rts.ch/info/suisse/7614081-il-manquera-au-moins-2000-medecins-de-famille-d-ici-quatre-ans.html


 

Pénurie de généralistes à Morges

 

MANQUE I INQUIÉTANT
Sur les 25 médecins de la ville recensés et contactés, seuls deux prennent encore de nouveaux patients sans condition. Les cabinets sont sous l’eau et saturés.

Il y a de quoi se faire du mauvais sang. Sur 25 généralistes recensés en ville de Morges, seuls deux prennent de nouveaux patients dans un délai raisonnable et sans condition. Michel Grive( en a fait l’expérience, lui qui n’a plus de médecin de famille depuis l’arrêt brutal des activités de son praticien en fin d’année pour cause de maladie. «Je devais faire un contrôle complet le 17 décembre, témoigne l’ancien municipal et commandant des pompiers. On m’a appelé quelque temps avant pour me dire qu’il ne pourrait avoir lieu et me conseiller de regarder avec le Centre médical des Charpentiers pour trouver un nouveau docteur. J’ai donc téléphoné là-bas. On m’a alors annoncé que le personnel était surbooké et qu’aucun patient n’était pris pour le moment.» Michel Grivel ne baisse pas les bras et, à force de persévérer, finit par décrocher un rendez-vous: «J’étais un homme heureux, mais ma joie a été de courte durée. Car après avoir lu mon dossier, le médecin m’a expliqué ne pas être en mesure de traiter mon cas jugé trop compliqué. Avant de me souhaiter bon courage. J’ai eu de la peine à y croire, surtout que je ne pense pas être atteint d’une maladie grave. Pour être honnête, cela m’a même fait paniquer.» Au final, c’est du côté de Rolle que le nouvel habitant d’Etoy a pu trouver son bonheur. «Un docteur a été d’accord de me prendre. On verra bien s’il me garde», lance-t-il avec humour.

 

Journal de Morges du 17.01.2020

TEXTE INTÉGRALE DU SITE: 

journal-de-morges-17012020-nouveaux-patients.pdf (svmed.ch)